À la une

couverture livre CadiensSous la direction de Laura Atran-Fresco.

Après son arrivée en Louisiane durant la seconde moitié du XVIIIe siècle au terme d'un parcours mouvementé entre la France et l'Acadie, la population cadienne est longtemps parvenue, à cause d'un grand isolement, à conserver une identité culturelle propre. À partir du tournant des XIXe et XXe siècles, l'assimilation croissante de cette population à la culture anglo-saxonne dominante transforme profondément la situation. En même temps qu'elle se traduit par une amélioration sensible du niveau de vie des Cadiens, cette acculturation met en péril la culture franco-louisianaise. En butte à un système éducatif répressif à l'endroit des enfants qui s'expriment en français à l'école, cette culture est dès lors confrontée à une diminution progressive du nombre de locuteurs francophones.

Une prise de conscience de cette perte d'identité culturelle voit le jour à la fin des années 1960 et une partie de la population cadienne s'engage alors fortement au service d'un renouveau franco-louisianais. Aujourd'hui, dans un contexte de mondialisation croissante, préserver leur héritage linguistique et culturel implique pour les Cadiens une stratégie de légitimation, à la fois endogène et exogène, qui leur permette de s'ouvrir et de s'inscrire dans le monde contemporain. Ce livre analyse les processus de revendication identitaire complémentaires mis en œuvre parmi la population cadienne pour atteindre ces objectifs.

L'intégration au monde francophone d'abord, parce que, à la différence d'autres langues en situation minoritaire, le français cadien a la possibilité de s'insérer dans l'ensemble linguistique et culturel que constitue la francophonie, en particulier le réseau de solidarité et de partenariats en Amérique du Nord où la langue et la culture franco-louisianaises peuvent être exposées et promues. L'institutionnalisation ensuite, telle qu'elle s'exerce principalement dans le milieu éducatif (programme scolaire d'immersion française et enseignement supérieur) et dans l'espace public. La conscientisation de la jeunesse enfin, étudiante ou déjà active, étudiée ici à Lafayette, cœur de la Louisiane francophone, dans cette classe d'âge potentiellement en mesure de défendre l'avenir de la langue et de la culture vernaculaires.

Entrevue à l'émission Format libre de Michel Doucet sur Radio-Canada Acadie : http://ici.radio-canada.ca/emissions/format_libre/2015-2016/index.asp (9 h 12)

En direct de Twitter